Aller au contenu principal
x

TDRs recrutement expert en intermédiation sociale SERRP

            REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple-Un But-Une foi

 

AGENCE DE DEVELOPPEMENT MUNICIPAL (ADM)

 

PROJET DE RELÈVEMENT D’URGENCE À SAINT-LOUIS (SAINT-LOUIS EMERGENCY RECOVERY AND RESILIENCE PROJECT – SERRP)

 

SOLLICITATION DE MANIFESTATION D’INTERET

N° 01/SERRP/ADM/IDA / 2021

 

SERVICES DE CONSULTANT INDIVIDUEL

 Recrutement d’un (e)

Expert(e) en intermédiation sociale dans le cadre du SERRP

 

  1. Cette sollicitation de manifestation d’intérêt fait suite à l’avis général de passation des marchés publié le 16 décembre 2020 dans le journal « Sud Quotidien ».

 

  1. Le Gouvernement de la République du Sénégal a obtenu, dans le cadre du Projet de Relèvement d’Urgence et de Résilience à Saint-Louis (SERRP), un financement d’un montant de 50 millions de USD de la Banque Mondiale (BM), Compte tenu de ce qui précède, l’ADM envisage de recruter un Expert(e) en intermédiation social(e) pour renforcer son staff basé à Saint- Louis et impliqué dans la coordination de la mise en œuvre du SERRP dont les périmètres d’intervention concernent l’agglomération de Saint-Louis.
  2. L’Expert(e) en intermédiation social(e) est sous l’autorité du Directeur Général de l’ADM et la supervision du Directeur de l’Appui Institutionnel.

Il (elle) sera basé à Saint-Louis et travaillera en étroite collaboration avec l’ARD qui assure la coordination locale du Projet ainsi qu’avec les autres membres de l’équipe d’experts du SERRP.

  1. Le mandat du consultant consistera, entre autres, à :
  • l’accompagnement social des populations impactées qui constituent la cible du Projet et qui sont sur le site de relogement, sur la Langue de Barbarie et dans les autres sites d’accueil incluant les familles d’accueil  ;
  • la mobilisation sociale, l’implication et l’appropriation effective des parties prenantes locales dans toutes les étapes du Projet ;
  • la participation à l’identification, la formulation et la mise en œuvre des activités d’insertion et/ ou de restauration des moyens de subsistance des populations déplacées au niveau du site d’accueil ;
  • la définition et la mise en pratique de dispositions relatives à la prévention et l’apport d’un soutien holistique à toutes les victimes de VBG ;
  • la supervision des activités du Cabinet de facilitation sociale recruté.

De manière spécifique, l’Expert (e) en intermédiation sociale du Projet SERRP aura la charge de :

  • assurer l’encadrement et le suivi des activités de la mission de facilitation sociale recrutée dans le cadre du projet (l’information et la sensibiliation des parties prenantes au niveau local, le suivi de la mise en œuvre du Mécanisme de Gestion des Plaintes, le suivi de la mise en œuvre du PAR, etc.)
  • accompagner les acteurs institutionnels et organisations communautaires afin de faciliter leur participation au processus de mise en place des réalisations prévues (logements, projets communautaires participatifs, équipements sociaux, …) ;
  • assurer le contrôle du respect des dispositions des contrats du cabinet chargé de la facilitation sociale et des prestataires attributaires de marchés (travaux, fournitures et services) dans le cadre des projets d’investissement communautaires (PIC) et projets socio-économiques (PROSE) ;
  • assurer le suivi de l’appui des organisations communautaires dans l’identification, la formulation et l’exécution de PIC et PROSE visant à contribuer à l’atteinte des objectifs du projet ;
  • participer à la mise en œuvre et au suivi des activités d’accompagnement social, notamment les projets d’investissement communautaires (PIC) et projets socio-économiques (PROSE), l’engagement communautaire, les activités d’adaptation au changement climatique, de résilience et d’appropriation des réalisations du projet par les acteurs ;
  • appuyer et assurer le suivi de la pérennité et de la viabilité des projets et/ ou micro-projets réalisés par la mise en place d’outils et de stratégies participatives d’entretien des réalisations ;
  • accompagner et appuyer le processus de requalification des zones libérées de la LDB avec une forte consultation et implication des autorités et des populations riveraines non-déplacées de ces zones ;
  • promouvoir des stratégies de protection et de lutte contre l’exploitation et les abus sexuels dans les zones d’intervention du Projet ;
  • élaborer et vulgariser un mécanisme de gestion de plaintes pour répondre aux incidents de VBG/EAS/HS qui prend en compte des canaux de signalement de plaintes sûrs, confidentiels et accessibles pour les femmes et filles et qui ont été confirmés par elles ;
  • former et sensibiliser les travailleurs et les membres de la communauté sur les VBG/EAS/HS pendant la mise en œuvre du projet ;
  • appuyer le suivi de la mise en œuvre de la formation et de la sensibilisation des acteurs dans différentes thématiques concourant à l’atteinte des objectifs du projet (VBG/EAS/SH, entretien, maintenance et exploitation des ouvrages, préservation de l’environnement, résilience, etc.) ;
  • assurer le suivi de la collecte, le traitement et la mise à disposition des éléments nécessaires à l’alimentation du système de suivi-évaluation, d’évaluation des impacts et des indicateurs de performance du projet (notamment les indicateurs spécifiques VBG/EAS/HS tels que le nombre de travailleurs formés et ayant signés le code de conduite, le pourcentage de plaintes EAS/HS (recues, traitées, transmises aux services spécialisés en VBG, nombre de survivants pris en charge (par type de service et sans cible), le nombre de séances de sensibilisation menées, le nombre de personnes sensibilisées…)
  • assurer l'identification et la disponibilité des services de prévention et de prise en charge pour les survivantes du VBG/EAS/HS dans les zones de la mise en œuvre du projet (au minimum les services médicaux, psychosociaux et juridiques doivent être identifiés) et évaluer leur qualité ;
  • décrire le protocole de réponse avec le mode d’accès aux soins holistiques (juridique /judiciaire, psychosociale et médicale ) pour les survivants (es) ;
  • faire le suivi avec la mission de facilitation sociale de toutes les initiatives liées aux VBG ;
  • Développer une stratégie et des outils de suivi et d’évaluation du respect des mesures de prévention et de gestion des VGB  (identification de personnes ressources ; point focal ; élaboration de fiches de collecte, etc.) ;
  • engager des consultations avec diverses parties prenantes (autorités politiques, culturelles ou religieuses, équipes de santé, administrations locales, travailleurs sociaux) ;
  • prévoir des consultations spécifiques des femmes et des filles dans des groupes réservés aux femmes, animées en lieu sûr par une femme afin d’ encourager leur participation libre et ouverte ;
  • Finaliser et mettre en œuvre le plan d’action de prévention, d’atténuation des risques et de prise en charge des VBG/EAS/HS  avec  un cadre de responsabilisation et d’intervention .Ce plan comportet un code de conduite qui indique clairement ce qui est interdit etles sanctions. Tous les travailleurs seront formés et sensibilisés sur le plan et le mécanisme de gestion des plaintes du projet, qui sera sensible aux VBG/EAS/HS
  • assurer la coordination du Mécanisme de Gestion des Plaintes liées aux VBG dans le cadre du Mécanisme de Gestion des Plaintes global du Projet SERRP,
  • contribuer à la mise en place d’une base de données sur le Mécanisme de Gestion des Plaintes, notamment pour le suivi et le reporting des plaintes de VBG enregistrés par le projet, et l’actualiser régulièrement. Ceci doit être fait en respectant le protocole de confidentialité et selon le fonctionnement du Mécanisme de Gestion des Plaintes VBG qui sera établi pour le projet.
  • assurer le suivi systématiquement des Feedbacks de la communauté sur le mécanisme  de gestion de plaintes (y compris le code de bonne conduite du projet)  ;
  • passer en revue tous les documents de sauvegardes environnementales et sociales préparés dans le cadre du projet,  afin de s’assurer que les questions de VBG, EAS, HS ont bien été prises en compte ( Dossiers d’Appels d’Offres (DAO) et/ou Dossier de consultation (DDC) ainsi que dans le contrat des prestataires (entreprises, missions de contrôle, etc.), dans les TDR des missions de contrôle de travaux, ainsi que dans les codes de conduite des entreprises et groupements bénéficiaires de l’appui du Projet ;
  • documenter les bonnes pratiques et leçons apprises en matière de prévention et d’atténuation des risques VBG/EAS/HS et prise en charge des survivants (es) dans le cadre du projet.
  1. Les prestations de l’Expert (e) en intermédiation sociale sont prévues jusqu’au 30 juin 2025 date de clôture du Projet. Toutefois, le renouvellement du contrat se fera sur une base annuelle en fonction du résultat de l’évaluation qui sera faite par l’ADM.

 

  1. La mission sera exécutée par un consultant individuel qui sera sélectionné conformément aux procédures définies dans le Règlement de Passation des Marchés pour les Emprunteurs sollicitant le Financement de Projets d’Investissement (FPI) de la Banque mondiale édition juillet 2016, révisées en novembre 2017, août 2018 et novembre 2020 disponible sur le site web de la Banque à l’adresse : http://www.worldbank.org ; et selon les critères suivants :

L’Expert(e) en intermédiation sociale devra avoir au minimum les qualifications suivantes :

  • un diplôme supérieur (Bac+5) en sciences humaines, sociales ou économiques (sociologie, géographie, économie, droit,…) ;
  • spécialisation en médiation sociale et/ou accompagnement psycho – sociale (voire assimilé) ;
  • expérience professionnelle : 10 ans minimum dans le domaine de l’accompagnement social des communautés voire des populations dans des projets de développement ou assimilé ;
  • avoir une expérience (ou des connaissances) dans la prévention et la lutte contre les violences basées sur le genre, harcèlement sexuel , abus et exploitation sexuels ainsi que la prise en charge des survivants (es) ;
  • avoir le sens de l’initiative, de l’écoute, ainsi qu’une excellente capacité d’analyse, de rédaction, de communication et une bonne aptitude pour le travail en équipe ;
  • disposer de solides connaissances en animation communautaire et conception d’outils et de supports pour le changement de comportement ;
  • disposer d’une expérience pratique en appui à l’identification, à la formulation et au suivi évaluation de projets communautaires ;
  • avoir une excellente maîtrise de l’outil informatique et des logiciels courants (Word, Excel, Powerpoint, …) ;
  • être de bonne moralité.

 

Les candidatures féminines sont vivement encouragées.

 

 

  1. L’ADM invite les Consultants intéressés à fournir leur Curriculum Vitae (CV) détaillé, une copie certifiée de leurs diplômes et tout autre document indiquant qu’ils sont qualifiés pour exécutés les services, à savoir :
  • les qualifications et expérience dans le domaine du service sollicité, ainsi que brochures et références concernant l’exécution de contrats analogues ;
  • les références de clients et description sommaire des missions similaires réalisées et;
  • Toute autre information jugée pertinente.

Les dossiers de candidature doivent être déposés à l’adresse ci-dessous ou envoyé par courriel électronique à l’adresse ci-dessous, au plus tard le 10 juin 2021 à 12heures 00 mn Gmt.

 

Agence de Développement Municipal

Bureau du Spécialiste en Passation des Marchés

N° 5, avenue Carde, Immeuble Carde Rénovation, 3ème étage

Fax : (221) 33 842 25 76

E-mail : contact@adm.gouv.sn  

 

TELECHARGER